Porte-moi ! 5 ans après…

Après 3 enfants, et le petit dernier qui va atteindre les 2 ans, on est peu à peu en train de quitter la phase de la petite enfance. Je fais donc naturellement un peu le bilan sur les bons et mauvais plans avec des enfants.

Il y a 2 ans, j’avais écrit un article sur les porte bébé que nous avions utilisé Porte moi ! Mon expérience des porte-bébés… Depuis, nous avons un enfant de plus et un porte bébé en plus. Non pas le Tonga comme pressentie lors de mon précédent article mais un ring sling similaire à celui en photo (la couleur diffère).

Finalement, à la naissance de Jack nous avons utilisé deux porte-bébés en alternance.

L’ergobaby a été longuement utilisé pour les longues ballades. Nous sommes allés notamment plusieurs fois à Disneyland Paris avec les trois enfants entre les 3 mois et les 1 an de Jack. Pour Jack, je l’ai préféré au mei tai. Notamment, parce qu’avec 2 autres enfants, j’étais souvent pressé pour mettre Jack dans le porte bébé, et il est plus difficile de mal mettre un ergobaby qui reste bien réglé d’une utilisation à l’autre qu’un porte bébé noué.

Il a été également beaucoup utilisé pour les déplacements à pied seule avec les 3. Jack y dormait comme un loir. Depuis ses un an, nous ne l’utilisons vraiment plus que très ponctuellement pour plusieurs raisons :

  • Jack marche donc pour les petits trajets, il utilise ses petites jambes…
  • Nous vivons dans une plus petite ville, ce qui signifie moins de trajets à pied, plus de trajets en voiture…

Mais j’étais bien contente de l’avoir pour nos vacances à la plage. J’ai pu ainsi faire de grandes ballades d’une heure, sur la plage  avec Jack dans le dos. Nous avons tous les deux beaucoup apprécié.

Notre nounou a utilisé l’ergobaby 2 fois par jour pour faire les trajets école – maison avec les 3.

Le ring sling a été également beaucoup utilisé, mais par moi principalement. Pour tous les petits trajets à pied, mais également pour avoir les mains libres à la maison. C’est un achat que je ne regrette pas. Et il ne m’a pas servi uniquement de porte bébé. Il m’a également servi de nombreuses fois comme harnais de secours dans les chaises hautes de restaurant sans harnais, dans les caddies. Il m’a également servi de pare soleil pour la poussette, de couverture d’appoint et pour isoler Jack de la lumière quand il faisait sa sieste ou le début de sa nuit dans sa poussette.

L’installation de Jack dans ce porte bébé m’a demandé un peu d’entraînement, pour ne pas avoir mal à l’épaule qui porte et pour serrer suffisamment le porte bébé pour que le portage soit confortable pour nous deux.

C’est un achat que je ne regrette pas.

Jack a donc été beaucoup porté au cours de sa première année. La poussette était plutôt le domaine de Melody. Du coup, j’ai du investir dans une veste de portage. J’ai pris une veste hiver mamaponcho (doublée en polaire) qui permet un portage sur le ventre, sur le côté et sur le dos. C’était un investissement couteux mais vraiment indispensable. Par contre, j’aurais deux reproches à lui faire :

  • je n’ai jamais réussi à installer mon enfant seule dans le dos sous cette veste
  • quand l’enfant est tout petit, il est impossible de lui faire passer la tête dans le trou prévu à cet effet.

Pour le reste, son côté imperméable, les deux capuches, la doublure en polaire m’ont vraiment permis de porter Jack confortablement tout l’hiver.

En conclusion, porter mes enfants aura été un vrai plaisir (et ça le reste encore même si ça devient rare). Mais cela aura été aussi indispensable pour notre vie citadine avec trois enfants d’âge proche. On a pu ainsi se passer de poussette double, et sortir beaucoup plus. Le portage à la maison m’a permis de temps en temps de me sentir moins esclave, de les calmer tout en continuant à faire autre chose.

Publicités

Porte moi ! Mon expérience des porte-bébés…

Le portage des bébés est un sujet polémique comme sur le blog de Maman sur Terre. Sans que les billets veuillent lancer la polémique, les commentaires le sont trop souvent. Mais c’est le cas de beaucoup de sujets liés à l’éducation et au bien-être des enfants. Je ne vais pas parler ici du bien ou du mal des différents types de portage. Je vais juste partager mon expérience et de mon évolution sur le thème des modes de portage au cours de mes 3 années en tant que mère.

A la naissance de Lise, j’ai découvert qu’il y a des moments où :

  • les enfants ont besoin des bras de leurs parents
  • une poussette n’est vraiment pas pratique.
Je me suis renseignée sur les forums, j’ai lu des sujets sur les écharpes de portage, mais ce n’était pas pour moi. J’ai également lu tous ces sujets sur les méfaits des porte-bébés non physiologiques mais aussi des sujets d’utilisatrices très satisfaites de leur porte-bébé non physiologiques. Je me suis demandée si tout cela n’était pas une mode dans des milieux dans lesquels je ne me reconnaissais pas (et qui allait avec les couches lavables, les produits faits maisons, le 100% bio, etc.). J’ai finallement choisi un porte bébé non physiologique : le Tomy Freestyle Premier détachable.

Ce porte bébé nous a bien dépanné les premiers temps. Lise ne paraissait pas mal dedans, elle y faisait des siestes lors des ballades. Nous nous en servions pour aller dans les endroits difficilement accessibles en poussette (magasins encombrés, promenades en forêt, etc.).

Nous l’avions choisi pour son rapport qualité-prix, le fait qu’on puisse complètement enlever le « hamac » pour mettre et enlever le bébé.
Rapidement, nous y avons trouvé des limites, les ballades devaient être assez courtes et nous n’avons jamais pu aller jusqu’à la limite théorique des 9kg. Mon dos ne me le permettait pas. Et il n’était pas si pratique que ça à régler et installer.

Nous avons laissé tomber le portage le temps de l’hiver. Puis le beau temps est revenu, et dans la perspective de vacances et de ballades sur terrains accidentés, je me suis rappelé certains articles que j’avais lu sur des porte-bébés « physiologiques » qui permettaient de porter son enfant plus longtemps, sur le dos notamment, plus simples à installer. Je suis donc partie à la recherche. Les critères principaux étaient pas de noeuds et de pouvoir essayer en magasin pour voir si c’était vraiment confortable et utilisable. L’aspect « physiologique » et les arguments allant avec n’ont pas été des éléments déclencheurs dans notre cas.

Nous avons donc acheté l’Ergobaby.

Nous l’avons essayé chez Nature et Découverte, j’ai été complètement bluffé. J’ai mis le porte-bébé sur le dos. Mon mari et la vendeuse installaient ma fille dans le dos (9kg à l’époque) et quand je leur ai demandé de lâcher ma fille, ils m’ont dit qu’ils ne la tenaient plus. Je n’avais rien senti. Le poids reposant essentiellement sur les hanches du porteur et la position dans le dos font que le poids « ressenti » est vraiment très léger par rapport aux porte-bébés classiques ventraux. Il a été vite adopté aussi bien par nous que par ma fille, essentiellement en portage hanche (ma position préférée au final) que dos (même si le bébé est un peu bas).

A la naissance de Melody, on nous avait prêté un coussin spécial d’ergobaby pour l’utiliser dès la naissance, mais je n’ai pas trouvé ce coussin très pratique, j’ai préféré utiliser une couverture et mettre le bébé en position de la grenouille en rentrant les pieds à l’intérieur du porte-bébé.
Ce porte-bébé nous a permis d’éviter l’achat d’une poussette double. Quand j’étais seule, c’était soit la grande dans la poussette, la petite dans le porte-bébé ; soit la petite dans la poussette et la grande qui marche.
Bref, nous en sommes pleinement satisfait, et j’ai pu tester la différence avec un porte-bébé classique. Je ne peux pas parlé du bien-être ou du mal-être de mon enfant, dans l’un ou dans l’autre. Tout ce que je vois, c’est que pour le porteur, il n’y a vraiment pas de comparaison possible. L’ergobaby à cependant quelques inconvénients, et notamment le portage très bas dans le dos.

Nous aurions pu nous arrêter là. Mais voilà, suite à un Giveaway sur le babyblog de Doctissimo, j’ai gagné un mei-tai Bebesouleil.

On envisageait l’achat d’un deuxième porte-bébé pour pouvoir faire des ballades en montagne avec les deux puces, mais on hésitait. Je n’aurais sûrement pas acheté de moi-même un porte-bébé à nouer, mais j’étais bien tentée de tester par curiosité. J’avais choisi cette couleur pensant que mon mari ne voudrait de toute façon jamais utiliser un porte-bébé noué.
Nous l’avons reçu assez rapidement, et nous l’avons adopté tout aussi rapidement. Le confort est comparable à l’ergobaby pour moi mais mon mari préfère le mei-tai (il me semble que c’est une problématique de hanche qui sont beaucoup plus marqués chez moi que chez mon mari, et le mei-tai permet un ajustement plus proche que l’ergobaby). Il est un peu plus léger quand il fait chaud. Il est beaucoup plus pratique en portage sur la hanche. Sur le dos, il permet d’avoir l’enfant plus haut. Il est plus facile à installer si on aime croiser les bretelles (plutôt qu’en mode « sac à dos »).
Pour l’utiliser dès la naissance, j’ai utilisé la même technique que pour l’ergobaby (couverture avec bourrelet sous les fesses et jambes repliées à l’intérieur du porte-bébé)
On n’utilise quasiment plus l’ergobaby. Mais il fera sûrement son retour à l’arrivée de notre petit troisième !

Aujourd’hui, j’envisage l’achat d’un autre type de porte-bébé un Tonga comme complément, pour me soulager à la maison quand Melody est dans une phase « super-glue » ou pour avoir toujours dans mon sac à main quand Lise fatigue. Mais nous n’avons pas encore franchi le pas.

Tout cela pour dire, que je n’ai pas envi juger le bien-être ou le mal-être d’un enfant dans tel ou tel porte-bébé. Sur ce sujet, j’ai des doutes mais pas de convictions. Mais je peux dire qu’en tant que porteur, en terme de durée d’utilisation et durée de vie, d’adaptabilité, il n’y a vraiment pas de comparaisons possibles entre le porte-bébé non physiologique que j’ai testé et les porte-bébés physiologiques que j’ai testé…