Lis moi un livre ! Je veux pas aller à l’école de Stéphanie Blake

Je vous ai déjà fait partager mon retour sur une série de livre : les histoires de Simon le petit lapin (de Stéphanie Blake). Nous  avons découvert un épisode qui est vraiment d’actualité.

Dans cet épisode, Simon le petit lapin doit faire sa rentrée à l’école. Mais bien évidemment, à chaque fois que ses parents lui en parlent il répond « Ca va pas non ! ». La frayeur de la nouveauté ne lui donne pas envie de découvrir cette nouvelle expérience. Mais une fois là-bas, « Ca va pas non ! » : il n’est plus question de rentrer à la maison.Ce nouvel épisode reprend toutes les recettes des autres opus : des images très colorées, des dialogues simples mais bien pensés, compris et retenus par les enfants. Ce livre est vraiment adapté aux enfants de 2-3 ans.Nous l’avons acheté pour Lise, qui, bien qu’enthousiaste à l’idée d’aller à l’école, au bout de 3 jours pleurait avant même qu’on parte de la maison. Du jour où nous lui avons pris et lu ce livre, elle n’a plus pleuré du tout. Le matin, quand elle a un peu de mal à se lever et qu’elle aimerait bien rester à la maison, elle nous le réclame comme pour se rappeler pourquoi elle va à l’école et que ça va bien se passer là bas.
Publicités

Lis moi un livre ! Simon, le petit lapin de Stéphanie Blake

Je lis beaucoup. Pas de la grande littérature, mais les livres sont un de mes principaux passe-temps. C’est donc tout naturellement, que la bibliothèque de mes enfants est déjà bien remplie, et je n’ai donc pas fini de vous faire partager nos bonnes expériences sur ce sujet. Il est parfois difficile de sortir des classiques Tchoupi, et des livres à toucher, tant que les enfants n’ont pas la patience d’écouter une histoire trop longue.

Nous avons découvert, il y a un an, Simon (de Stéphanie Blake), ce petit lapin espiègle qui vit des aventures dans lesquelles les plus jeunes se reconnaissent assez bien. Les livres sont pleins de couleurs, très colorés, avec des dessins et un langage moderne. Ils sont aussi pleins d’humour et font travailler l’imagination des tous petits. Pour ne pas gâcher le plaisir, il existe en format compact (super pratique pour mettre dans le sac à dos quand on part en voiture) et à un prix raisonnable (environ 5€). Et encore, raisonnable est un adjectif tout relatif, je compare aux livres à toucher, par exemple, qui coûtent facilement plus de 10€. Voilà donc ceux que nous avons à la maison.

Dans cet épisode, Simon le petit lapin répond à toutes les questions par « Caca Boudin ». Ce qui va lui jouer un drôle de tour qui va lui faire passer l’envie de dire ces mots (pour mieux les remplacer par un autre…).Ce livre nous a initié, notre fille et nous, aux aventures de Simon. Il a été tout de suite adopté. Mais nous lui devons peut-être le comportement actuel de Lise qui dit que nous allons aux « Caca-nageurs » tous les samedi matin, parce que c’est franchement plus drôle comme ça !
Tout le monde a été confronté à un enfant mono maniaque sur le plan alimentaire. Simon n’y échappe pas, pas question de manger de la soupe, des légumes, de la viande. Il a décidé qu’il voulait des pâtes et rien d’autre ! C’est quand même d’un super lapin dont on parle, pas question de se laisser faire ! A moins qu’il ne se rende compte qu’il pourrait se priver de quelque chose de bien plus intéressant…
 Il se passe quelque chose dans la maison de Simon. Un petit squatteur semble s’être installé, et personne ne songe à le ramener à l’hôpital. En plus, ce petit squatteur n’est même pas protégé des loups qui rodent la nuit autour du lit de Simon. Qu’à cela ne tienne, malgré qu’il ne veuille pas de cet intrus dans sa maison, Simon est bien décidé à protéger ce bébé Cadum coûte que coûte !
Cette fois-ci ce n’est pas Simon qui rencontre un problème mais son petit frère. Pas question de faire dodo sans doudou ! Pourtant doudou est resté dehors, dans la cabane. Mais Simon, le super lapin, va prendre son courage à deux mains et va devenir Simon le super grand frêre. A l’assaut du noir, il va essayer de vaincre la nuit pour rendre son doudou à son petit frère.

Le point fort de ces livres est vraiment l’humour et la légèreté avec lesquels sont abordés les sujets. Ils ne sont jamais culpabilisants pour l’enfant (ni pour les parents d’ailleurs) et permettent vraiment d’aborder les sujets en dédramatisant ces petits tracas par lesquels on passe tous.