Achète-moi ! L’utilité du parc…

Quand j’étais enceinte de Lise, comme beaucoup de future maman, j’étais enquête de « Liste » me permettant de savoir, parmi tout le matériel de puériculture, quoi acheter ou pas. Je faisais ça par soucis d’économie d’argent mais surtout par économie de place. Nous vivons dans un appartement et l’espace y est cher !

Nous nous sommes posé la question du parc. Initialement, nous ne pensions pas en acheter, ou en tout cas pas dès la naissance. Un bébé doit être constamment surveillé, même avant qu’il ne commence à se déplacer, donc pourquoi « parquer » mon enfant dans un parc (et encore à plus forte raisont s’il ne se déplace pas) ? Et pourtant, le parc a fait son apparition dans notre maison pratiquement dès la naissance de Lise. Voici quelques raisons pour acheter un parc :

  • Les chats : quand Lise est née nous avions déjà deux chats (trois maintenant). Ils sont adorables et absolument pas agressifs envers les bébés. Les bébés ne les intéressent que pour une seule chose : le confort. Ils adorent se loger, là où on met habituellement un bébé (nacelle, cosy, transat, tapis à langer) mais uniquement quand le bébé n’est pas là. Cependant, les propriétaires de chats verront de quoi je parle quand je vais vous évoquer les quarts d’heures de folie d’un chat. Un chat passe énormément de temps à dormir, mais quand ils ont décidé de jouer, il n’y a plus rien qui compte, ils courent dans tous les sens et sur tout ce qui se trouve sur leur chemin. Nous avons donc acheté un parc pour mettre à l’intérieur le tapis d’éveil de Lise (et Lise dessus, cela va sans dire). Cela faisait une barrière « psychologique » pour les chats qui marchait très bien pendant leur crise de folie : ils l’évitaient. C’était une précaution utile parce qu’il est arrivé plus d’une fois aux chats de « courir » sur Lise quand celle-ci était exceptionnellement allongée sur son tapis d’éveil au milieu du salon (et non dans son parc). Dans ces cas là, on a beau surveillé notre enfant, on ne peut pas être aussi rapide qu’un chat !
  • Les autres enfants : quand Melody est née, on ne pouvait pas laisser les deux filles sans surveillance un instant. Dès que Lise voyait sa soeur dans les parages, elle était toujours après elle. Le parc permettait donc d’isoler un peu Melody pour qu’elle ait quelques instants de répit (et nous aussi).
Hormis ces deux cas, je ne vois pas trop l’utilité d’un parc. Si c’est pour que les enfants puissent laisser leur enfant sans surveillance quelques instants (pour prendre une douche ou préparer à manger par exemple), le transat ou le lit peuvent parfaitement suffire. Si on ne veut pas introduire de confusion pour le lit entre moment de jeux et de sommeil, on peut également mettre une barrière de sécurité à l’entrée de la chambre et mettre son enfant à jouer dans sa chambre (qui doit être un lieu sécurisé pour l’enfant.
Chez nous, le parc est présent uniquement dans les 6-9 premiers mois de l’enfant. Parce qu’ensuite, nous avons remarqué que ça limitait trop nos enfants dans leurs découvertes. Lise n’a commencé à se déplacer que quand on a arrêté de la mettre dans le parc. Dans le parc, tous les jouets restaient à proximité pourquoi se déplacer ?
Certains parcs permettent aux enfants à se mettre debout en s’accrochant aux barreaux. Mais les enfants trouveront en dehors du parc autant d’objet pour apprendre à se déplacer.
Au niveau gain de place, nous avons choisi ce parc :
Il se plie comme un lit parapluie (tout en étant plus petit une fois déplié).
Alors chez vous parc or not parc ? A quoi vous sert le parc ?
Publicités