Vis ! Respecter la nature…

20140402_083911_AndroidVoilà maintenant 1 an et demi que nous avons déménager, nous éloignant de 20km d’une ville de petite couronne. Malgré le transport, la perte de temps dans les bouchons je n’ai aucun regret. Je ne suis pas écologiste, je ne mange pas bio (ou peu), je ne vis pas à la campagne (je vis dans une ville de 22000 habitant, une maison mitoyenne). Et pourtant, même si on en avait l’occasion, que les loyers y étaient moins chers, je ne me verrais pas retourner où nous étions avant. Dans les raisons, il y a le fait de vivre dans un espace presque deux fois plus grand (sans compter le jardin), d’avoir les enfants dans une plus petite école, et d’avoir redécouvert la vraie place de la nature.

Je ne suis pas une fanatique de la protection des animaux ou de la nature. Mais j’ai grandi dans le département le moins peuplé de France, donc au vert (c’est le moins qu’on puisse dire). Et je n’avais pas mesuré jusqu’à présent à quel point il manquait quelque chose d’évident à mes enfants : la connaissance et le respect de la nature, ses habitants, le cycle des saisons… En grande ville, la nature est présente mais cantonnée à des endroits bien spécifiques : des arbres en bordure de route ou dans les squares, quelques animaux visibles (essentiellement des pigeons, des moineaux, des chiens en laisse, des canards dans le moindre point d’eau) et elle est toujours domestiquée (des parterres de fleurs complètement renouvelés tous les 3-6 mois, sans herbes folles, des pelouses parfois interdites ou pourries par des crottes de chien, des platanes sévèrement taillés). Depuis un an et demi, mes enfants me font tout redécouvrir. Toutes ces merveilles dont la redécouverte par leurs questionnements me fait prendre conscience à quel point ils me manquaient :

  • le cycle des saisons qui n’est  pas soudain mais progressif
  • la diversité des plantes, et des animaux
  • la patience  exigée pour des observations (oiseaux qui viennent manger)
  • le silence (des hommes) et la bruyance (de la nature)
  • le cycle alimentaire

Les très grandes villes sont faites par les hommes, pour les hommes. Dès qu’on s’en éloigne, peu à peu, la nature prend plus d’importance et c’est un message important à faire passer aux enfants. Le monde ne nous appartient pas. L’araignée, est plus chez elle dans le jardin que nous. Elle nous préserve des mouches et des moustiques, alors même si on ne l’aime pas, on n’a pas de raison de la chasser de notre jardin. La mort fait partie de la vie, une petite bête qui mange un escargot, n’est ni méchante ni gentille, c’est la vie. La pluie n’est pas uniquement une phénomène météo qui nous empêche de jouer dans le jardin, elle est aussi nécessaire. Les fleurs sont bien souvent, plus belles dans le jardin, et dépéri plus vite dans un vase. Les légumes ont beaucoup plus de goûts quand ils ont poussé dans notre jardin. Quand on ouvre les yeux, les oreilles, on découvre une infinité de trésors qu’on ne soupçonnait pas …

Publicités

Caresse-moi ! La relation bébé-chats…

J’ai trois chats à la maison, pour moi comme pour mes enfants, ils font partie à part entière de la famille. Et c’est avec plaisir que je vois chaque jour la relation entre les enfants et les chats se créer parfois à l’initiative des chats eux-même.

Nous avons un mâle tigré de 5 ans. Le seul intérêt qu’il porte aux enfants est l’intérêt qu’il porte à leurs affaires. Il a bien apprécié l’arrivée de nos enfants parce que c’est synonyme de moelleux et de confort. Nacelle, turbulette, transat, coussin d’allaitement, tapis à langer, sont autant de lieux  assimilables au paradis des chats ! Quand les bébés sont en âge de s’intéresser à lui, il les évite, il se tient à une distance respectable des mains arracheuses de poils. Quand ils sont assez grand pour lui faire de vrais caresses, il les accepte mais ne vient pas les chercher.

Nous avons une femelle de 4 ans. C’est le chat dominant de notre maison. Elle est en recherche permanente de l’attention de nos enfants. Comme notre premier chat, elle adore le confort qu’apporte l’arrivée d’un bébé à la maison. Elle adorerait dormir au pied du lit de mes filles. Sa meilleure cachette pour dormir en ce moment c’est dans le tiroir sous le lit de mon aînée… Les nourrissons, elle n’en a rien à faire. Mais à partir de 6 mois, tout change. Elle ne lâche pas Jack. Dès qu’on le pose sur le tapis d’éveil, elle débarque. Il faut être très prudent. Elle lui tourne autour pour avoir des caresses. Sauf que le petit chou, les caresses, pour lui, ne sont pas très différentes du tirage de poils et de queue. Jack est ravi de voir cette peluche vivante débarquer dans son aire de jeu et il n’a de cesse de la toucher. Cela nous fait un peu flipper parce que notre femelle est un chat stressé et elle a tendance à se retourner un peu contre le tripatouilleur… On est donc extrèmement prudent avec lui. Avec les filles, la donne est un peu différente, elles savent faire des caresses. Dès que les filles dorment trop longtemps à la sieste, notre femelle part dans le couloir miauler l’air de dire (levez-vous bande de flemmardes). Une fois la porte ouverte, elle saute sur le lit de la grande pour avoir sa dose de caresse.

Pour finir, nous avons un petit mâle de 1 an. Il ressemble à un vrai petit nuage de douceur. Il commence à s’intéresser à Jack, mais il est beaucoup moins insistant que la femelle. Il adore les filles et c’est réciproque. Il vient lui aussi leur dire bonjour quand elles se lèvent. Il reste parfois sur leurs genoux quand elles prennent le biberon. Il leur tourne autour quand elles jouent et qu’il veut des caresses. Pire, il les laisse même parfois jouer à la poupée avec lui. Elles peuvent alors le mettre dans le lit des bébés ou dans le landau avec une petite couverture …

On pourrait croire qu’avec trois chats, mes enfants auraient leur compte de bêtes à poils, mais le leitmotiv du moment c’est « p’tit chien ! p’tit chien ! ». Et je ne vous dit même pas leur tête quand on va au rayon animaux des animaleries, je crois qu’ils pourraient adopter n’importe quelle bête (à poils, à plume ou à écaille d’ailleurs !).

Et vous, vous avez des animaux à la maison ?

Images : Peter Lee