Travaille ! Et ne fait que ça…

Mon tempérament aurait pu faire de moi une bourreau du travail… Si je n’étais pas aussi sensible à la fatigue, si je n’avais pas rencontré mon mari, si je n’avais pas eu d’enfants… Un bon manager aurait pu obtenir de moi que je travaille intensément pendant de longues heures de travail, sans que cela me pèse au quotidien. J’ai débuté dans une boite qui appréciait ce genre de chose, et j’aurais pu m’y habituer. Mais voilà, ma vie n’a pas pris cette direction. J’ai quitté cette entreprise quand j’ai imaginé avoir des enfants, bien consciente que la pression serait trop fort et me mettrait dans une situation inconfortable qui m’aurait toujours mis en déséquilibre entre : vouloir faire ce qu’on attend de moi et avoir une vie de famille. J’ai donc rejoint une entreprise aux horaires plus tranquilles, qui travaillait moins dans l’urgence et la précipitation. Je ne me suis pas trompée, j’ai découvert là bas, un autre rythme de vie, d’autres collè gues dont l’état d’esprit est à des centaines de lieues de mes anciens collègues. Cet état d’esprit n’est ni mieux, ni moins bien, juste différent et adapté à chacune des entreprises.

La vie continuant son chemin, et trois enfants plus tard, j’ai pris pleinement conscience que le travail c’est bien, y trouver de l’intérêt c’est encore mieux, mais ça ne fait pas tout. Il ne faut pas attendre de reconnaissance de son entreprise, surtout dans les grandes. Les intérêts personnels ne coïncident pas forcément avec les intérêts de l’entreprise et ni l’un ni l’autre n’est à blâmer, les objectifs de chaque côté sont différents. Alors j’ai trouvé mon équilibre avec un 4/5ème. Parce que même si je ne fais pas de gros horaires (9h30 – 18h), les jours de travail je ne vois mes enfants que 1h  (grâce  au temps que je passe sur la route) le matin que je passe à les pousser à se préparer pour l’école et 1 h le soir que je passe à les pousser à se préparer à se coucher. Le week-end, entre les tâches ménagères, les courses et les activités, il ne reste pas beaucoup de temps pour juste « profiter ». Le mercredi, c’est le jour des enfants mais aussi ma journée (parce que mes enfants savent aussi très bien jouer ensemble) où je me permets de glander un peu tout en faisant croire que je m’occupe d’eux…

Jack ayant 3 ans en octobre, je ne vais plus avoir le droit à ce congé parental à temps partiel. Le temps partiel n’est pas dans la politique de mon entreprise. Mais étant déjà au 4/5ème et arrivant tout à fait à accomplir le travail qui m’était confié sans que cela pose un  soucis en terme d’organisation pour mon entreprise, j’ai cru naïvement qu’ils pourraient accepter. Mais ils ont refusé, sans vraiment de raison valable, mais peu importe, c’est leur droit de refuser.

Dans quelle société vivons nous qui voudrait que nos enfants n’aient plus besoin de nous à partir de 3 ans, qui estime que nous sommes productifs que quand nous sommes présent à notre travail (oui parce que le télétravail n’est pas non plus ancré dans notre culture).  Ce n’est même plus une question d’enfants et de parents, c’est juste une question d’équilibre. Je veux pouvoir profiter de ma vie. Je pense être aussi productive à 4/5ème qu’à temps plein. Parce que mon travail n’est pas que de l’opérationnel, que des tâches à exécuter, c’est aussi beaucoup de réflexion que je garde toujours en tâche de fond, que je ramène à la maison pendant mes 2 heures de trajet quotidien, pendant que je fais d’autres tâches qui sont presque automatiques à la maison. Parce que tout ce que je fais le mercredi ou le week-end, je ne le fais pas pendant mes heures de travail. Parce qu’en étant à 4/5ème, je me sens quelque part « obligée » de faire de plus petites pauses déjeuner…

Donc une page se tourne, reste à savoir laquelle, celle avec mon entreprise actuelle, celle de mon  4/5ème ? J’ai quelques pistes à explorer avant de me décider…

Images : Ian Britton