un, deux, trois ! Quelle transition fut la plus difficile…

Une question revient régulièrement. Quelle situation est la plus compliquée à accepter : passer de zéro à un enfant, de un à deux ou de deux à trois ? Cela pose la question de l’équilibre vie personnelle, vie de famille.

Quand on est célibataire, toute notre attention est centré sur soi. On est le centre de son propre monde, notre vie est rythmée par nos propres besoins, nos propres contraintes.

Quand on vit en couple, c’est un premier changement. Deux personnes autonomes et auto-suffisantes doivent apprendre à vivre ensemble. Quand on vit ensemble, beaucoup de choses se font désormais en commun ou se répartissent entre l’un et l’autre. Cependant, on garde, dans la plupart des cas, la possibilité de gérer ses propres besoins si l’autre n’est pas là. On partage donc son temps entre du temps pour soi et du temps pour l’autre. La proportion entre chaque dépend de chaque couple et donc aussi la position du centre de cette nouvelle association.

Quand un bébé arrive à la maison tout ceci est bouleversé. Un enfant n’est pas autonome, il ne peut rien faire seul, il a besoin de nous. Seul, un nouveau-né ne peut pas subvenir à ses besoins les plus primaires. Quand on accueille un enfant dans son foyer, on découvre donc le fait de devoir assumer cette responsabilité. En plus d’apprendre comment répondre aux besoins de son enfant, c’est une véritable remise en cause de son quotidien. On partage donc son temps entre du temps pour soi, du temps pour l’autre parent et du temps pour le bébé. Le centre d’attention du foyer se situe quelque part entre les deux parents et l’enfant.

Pour Lise, jusqu’à ses 1 mois tout était facile pour moi. Je m’occupais de ce petit bébé, c’était encore tout neuf pour moi, et elle dormait beaucoup. Le moral était bon. Autour de ses un mois, les choses sérieuses ont commencé. Lise pleurait beaucoup la journée (parallèlement, elle a commencé à faire ses nuits). Elle ne dormait que sur moi, dès que je la posais dans son lit, elle se réveillait. Je n’avais plus un instant pour moi et la situation avait perdu l’attrait de la nouveauté, je devais accepter que c’était cela ma nouvelle vie. Le midi, je mangeais sur le pouce, parfois tard dans l’après-midi. J’ai réalisé que maintenant ce n’était plus tout le temps moi qui décidait de l’organisation de ma journée et de mes priorités. Le moral était en berne. Il m’a bien fallu 15 jours pour accepter cette situation : la perte d’une grande proportion du temps pour soi et pour son conjoint.

Quand un second bébé arrive à la maison, il n’y a pas grand chose à apprendre d’un point de vue pratique (même si chaque enfant est unique et qu’on ne cesse d’apprendre), mais le temps à consacrer aux enfants augmentent un peu plus au détriment du temps pour soi et pour son conjoint, mais dans une moindre proportion. La plus grande différence pour moi, c’est qu’avec un enfant, il y a toujours la possibilité pour un des parents d’être « libre » de son temps, ce n’est plus le cas avec deux.

Pour Melody, je n’ai pas vraiment ressenti le même choc que pour Lise. Notre attention est toujours orientée la majeur partie du temps vers les enfants. Je n’ai pas l’impression d’avoir perdu beaucoup de temps pour moi, je dois avouer que ce sont plutôt les tâches ménagères qui en ont pâti.

A l’arrivée de Jack, j’ai eu bien sûr moins de temps pour moi, mais pour le moment, je n’en souffre pas. Notre organisation a changé et ma vision de tout cela aussi. Je n’ai plus beaucoup de temps où je me sens libre de toute contrainte extérieure.

Images : Robin Thunholm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s