Accouche ! Les cours de préparation à l’accouchement 1/3 …

Les cours de préparation à la naissance m’ont toujours paru une étape importante. Quand j’ai eu ma première fille, je n’étais pas entourée de femmes enceintes ou de jeunes mères, et la naissance, la maternité, n’était pas un sujet de conversation avec ma mère. Je ne savais donc pas trop comment se passe un accouchement que cela soit physiologiquement ou psychologiquement. Il était donc hors de question de passer outre les cours de préparation à l’accouchement.

Assez sottement (puisque déjà, je ne l’appréciais pas particulièrement), j’ai fait confiance au gynécologue qui me suivait pour me préparer à la naissance. J’ai eu des cours théoriques avec lui (et d’autres futures mères). Mais voilà, c’est un obstréticien qui accouchait des femmes dans une clinique, et moi j’accouchais à l’hôpîtal. Le moins qu’on puisse dire c’est que ce médecin n’avait pas une approche très intelligente. Pendant le suivi de grossesse et les cours de préparation, j’ai bien ressenti le mépris, absolument pas caché, que ce « professionnel » éprouvait pour les hôpitaux. J’avais plus de probabilité de subir les conséquences dramatiques de ce choix, mon bébé avait plus de risque de décéder, et moi également. Tout simplement parce que :

  • les hôpitaux sont des usines à bébé (particulièrement celui où j’accouche),
  • dans la plupart des cas le médecin n’est pas présent (oui apparemment, les sages-femmes ne sont juste que des belles potiches au cours d’un accouchement),
  • les hôpitaux sont pleins d’étudiants alors qu’en clinique cela est interdit (oui mais cher ami, s’il n’y avait pas d’étudiants dans les hôpitaux, il n’y aurait plus de diplomés non ?),
  • au moindre imprévu dans la clinique, au moins, on te fait une césarienne (ça c’est l’argument de choc).
Me voilà donc bien rassurée pour vivre la naissance de ma fille dans la sérénité. Sans compter, que quand j’avais le malheur de poser une question, j’avais le droit à une réplique bien sentie « Vous n’avez pas besoin de le savoir ». J’attendais patiemment les cours pratiques avec une sage femme. Je n’ai pas été déçue non plus. Pareillement, j’accouchais à l’hôpital donc les petits euros n’ont pas fait « tilt » dans les yeux. La préparation s’est résuméeà deux séances rapides : voilà comment vous devez respirer, voilà comment vous devez pousser. Pas besoin de me préparer à supporter la douleur, puisque je voulais une péridurale.
Heureusement, que je n’étais pas du genre à anticiper le déroulement de l’accouchement, sinon je n’aurais jamais autorisé Lise à sortir de mon ventre.

Le résultat d’une telle préparation à l’accouchement est sans appel. Je ne garde absolument pas un mauvais souvenir de mon accouchement, à l’instant où ma fille est née, j’ai mis tout cela derrière moi, et les hormones m’ont tout de suite fait oublier les mauvais côté. Mais je sais que cet accouchement a été laborieux. Je n’étais pas préparée à supporter les contractions. Je suis allée à la maternité à cause de la fissure de la poche des eaux. Mais ma fille n’était pas descendue, et le col n’était pas prêt. Les contractions sont vites devenues insupportables pour moi alors qu’il fallait que j’attende patiemment que mon col soit ouvert à 4 pour avoir la péridurale. Je ne savais pas du tout comment aborder chaque contraction, soulager et accepter la douleur. A chacune d’elle, je me crispais de douleur. Le travail a été très long, tous les muscles de mon corps tétanisaient à chaque contraction (et cela a continué encore quelques temps après la pause de la péridurale).

Une fois la péridurale posée, le travail a stagné, ma fille ne descendait pas et personne ne m’avait expliqué qu’il y avait des positions qui favorisaient la descente du bébé, que parfois la descente du bébé est bloquée « physiologiquement » et qu’il fallait donc changer de position pour l’aider à descendre. J’ai donc fait « la moule » sur son rocher pendant de nombreuses heures jusqu’à ce qu’une sage femme se décide à me faire changer de position pour relancer le travail.

Cette expérience m’a motivée pour faire une préparation à l’accouchement pour ma deuxième fille. Je me suis rendue compte que j’avais loupé quelque chose à la première.

La suite : Accouche ! Les cours de préparation à l’accouchement 2/3 …

Images : dizznbonn
Publicités

2 réflexions sur “Accouche ! Les cours de préparation à l’accouchement 1/3 …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s