Amuse-toi ! Le roi du bac à sable…

Beaucoup connaissent le sketch sur le parc de Florence Foresti de son spectacle Mother Fucker. Je ne sais pas si cela vient de la volonté de ne pas faire un spectacle rien que sur ce sujet (il y a de quoi faire) ou bien si finalement, elle n’y passe pas tant de temps que ça, mais je trouve ce sketch bien en dessous de la réalité.

Grâce à mes congés maternité, je fréquente régulièrement les parcs de mon quartier. Et ce que je vois n’a bien souvent rien de réjouissant. Je ne vais pas aborder aujourd’hui la problématique des nounous (que cela soit auxiliaires parentales ou assistantes maternelles). Tout ce que je peux dire, c’est que parmi celles que je vois au parc (donc une petite partie seulement), il y en a peu à qui je confierais mes enfants en toute confiance. Aujourd’hui, je vais plutôt parler d’un papa que je vois très souvent en ce moment et que je surnomme le « roi du bac à sable ».

Son altesse a une fille de 4 ans qui adore jouer au bac à sable. Ce n’est pas ça qui lui confère son caractère unique ! Apparemment, c’est un souverain de droit divin. Il a reçu du dieu du bac à sable le droit de régner sur le bac à sable, les jouets qu’il contient, les enfants qui s’y trouvent. C’est un roi tout puissant.

Assis sur son trône, au bord du bac à sable, il règne en maître. Il impose aux enfants :

  • de jouer avec leurs propres jouets ou de les prêter,
  • qui s’installe où,
  • qui doit absolument jouer avec qui,
  • qui doit être tranquille pour jouer,
  • qui doit rendre tel jouet à qui,
  • etc.

Il intervient à la moindre incartade. Son autorité surpasse celle des parents ou nounous présents. Il a visiblement toute la légitimité pour intervenir auprès des enfants sur leur éducation. Même si les accompagnants bienveillants sont déjà intervenus pour empêcher un enfant d’en embêter un autre, il a l’obligation d’intervenir pour surenchérir faute de quoi, il pourrait perdre son royaume et sa précieuse autorité !

Il a également le droit de châtier les contrevenants aux règles qu’il a dicté dans son royaume. Ainsi, on peut le voir écraser le château de sable d’un enfant qui a lui-même cassé la tour de sable d’un autre.

Vous l’aurez compris, ce père m’exaspère. Jusqu’à présent, il n’a pas encore ressenti le besoin d’intervenir auprès de mes filles, et heureusement, parce que je ne supporte pas son comportement. Le parc, et à fortiori, le bac à sable est une belle zone d’apprentissage pour les enfants. Ils sont confrontés à des enfants de tout âge qui n’ont pas la même expérience de la collectivité, du partage, de la tolérance, du respect des jeux des autres.

C’est donc forcément une zone de friction. Il y a les plus petits qui n’ont pas le sens de la propriété partagent tout, mais pleurent parfois de frustration et détruisent les oeuvres des autres. Les moyens qui ne partagent pas mais veulent prendre tout ce qu’ils désirent et cela passe parfois par des gestes un peu violents et des bousculades. Les grands qui jouent en groupe, construisent, bâtissent et n’aiment pas qu’on détruise leurs oeuvres. Mais c’est aussi une merveilleuse zone d’apprentissage :

  • du partage (je prête mes jouets, je demande pour qu’on me prête des jouets),
  • du respect (je ne casse pas les constructions des autres, j’accepte que je ne peux pas avoir tout ce que je veux),
  • de la tolérance (j’accepte que les plus petits ne comprennent encore pas toutes les règles des jeux collectifs, j’accepte quand jouant en groupe les autres ne fassent pas systématiquement ce que j’espère).

Au milieu de ça, de mon point de vue, les accompagnants sont là bien-sûr pour rappeler les règles de base. Mais ils n’ont pas besoin d’intervenir systématiquement à chaque écart, les enfants doivent apprendre les limites aussi bien des parents que des autres enfants. D’autre part, sauf mise en danger évidente de soi ou d’autrui, chaque accompagnant s’occupe des enfants dont il a la charge. Cela pour une simple et bonne raison, les règles ne sont pas les mêmes dans chaque foyer et il n’y a aucune raison qu’il y ait dans un parc libre d’accès une autorité supérieure qui dicterait ses propres règles :

  • Il y a des parents qui demandent aux enfants de ne jouer qu’avec leurs propres jeux et des parents qui au contraire imposent le partage,
  • Il y a des parents qui demandent aux enfants de ne pas mouiller le sable et d’autres qui les accompagnent jusqu’à la fontaine pour remplir leur seau,
  • Il y a des parents qui demandent à leurs enfants de ne pas mettre de sable sur leurs pieds et d’autres qui déchaussent leurs enfants,
  • etc.

Le parc est donc une zone de friction pour les parents comme pour les enfants. Contrairement aux zones de collectivités organisées (crèches, halte-garderie, école, activité péri-scolaire), il n’y a pas d’autorité indépendante pour chapeauter  l’ensemble (parents et enfants) et dicter les règles universelles qui s’y appliquent. C’est donc aux parents et aux enfants d’avoir l’intelligence et l’ouverture d’esprit de vivre ensemble pour un bref temps, de tolérer les différences. Et cela doit rester ainsi, il n’y a pas lieu de voir émerger des « rois » (ou reine d’ailleurs) qui imposent leur propre loi.

Images : Sophie Lenaerts / Cédric Simon

Publicités

Une réflexion sur “Amuse-toi ! Le roi du bac à sable…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s