J’ai besoin d’aide ! A qui faire confiance aujourd’hui…

Nous sommes dans l’ère de la communication, l’omniprésence des médias (quelque soit le support), de la diffusion et du partage de l’information. Tous les outils dont nous disposons aujourd’hui (les sites internet d’information plus ou moins officiels, les forums, les blogs, etc.) devraient nous permettre d’accéder à toute l’information dont nous avons besoin. Quasiment tout le monde aujourd’hui se tourne vers ces médias pour trouver les informations dont on a besoin. Cela a changé les relations sociales. Pourtant ces informations, au mieux, manquent de références, ou au pire, manquent de fiabilité. Cependant, pour beaucoup cela devient la « référence ».

Avant cela, les références étaient différentes. On faisait confiance à nos ainés et leur expérience. On faisait confiance aux médecins et à leur connaissance. On faisait confiance aux recommandations officielles basées sur leurs études et les statistiques. Mais tout ça n’est pas pour notre génération.

Comment pourrait-on faire encore confiance à nos ainés ?
Ils nous couchaient sur le ventre. Dès 1-2 mois, ils introduisaient des céréales dans nos biberons pour nous assommer pour la nuit (parce qu’en plus l’allaitement n’était pas promu). Vers 3 mois, nous avons goûté nos premières purées ou compotes. Nous dormions dans un lit à barreau mais à l’espacement et à la hauteur non règlementaire avec un oreiller et des couvertures. Nous avons voyagé dans des couffins à l’arrière de la voiture même pas accrochés par la ceinture de sécurité. Nos mères, bien souvent, ne travaillaient pas. L’éducation était basée sur l’autoritarisme ou au contraire l’enfant roi selon l’âge de nos parents. Tout était différent, le contexte était différent, comment l’expérience de nos ainés pourrait avoir un sens aujourd’hui ?

Comment pourrait-on faire confiance aux organismes officiels ?
Les organismes officiels émettent des recommandations qui ne cessent de changer. L’exemple le plus marquant est celui du couchage de l’enfant : préconisé sur le ventre il y a quelques dizaines d’années pour éviter les risques d’étouffement en cas de vomissement, les préconisations ont vite changé quand les statistiques ont monté une subite augmentation des morts subites. L’âge de la diversification également ne cesse de changer. Pour mon ainée, il ne fallait pas diversifier avant 6 mois pour éviter les allergies. Pour ma seconde, ils recommandaient de diversifier les enfants ayant un terrain allergique dès 3 mois.

Comment pourrait-on faire confiance aux professionnels de santé ?
Dès la maternité, aux changements d’équipe, on peut constater à quel point les discours se contredisent d’un professionnel de santé à un autre (qu’ils aient la même profession ou non). Certains d’entre vous, on peut être également fait le même constat que moi (que je décris dans  l’article Soigne-toi) : beaucoup de médecins appliquent un protocole qui date souvent de plusieurs dizaines d’années et à moins de poser les bonnes questions, ils vont les appliquer à la lettre.

C’est donc naturellement que les parents cherchent à multiplier les sources d’information, dans les livres, sur internet, etc. Malheureusement, ces sources sont difficilement vérifiables et il est difficile d’estimer la légitimité de leurs auteurs.

C’est tout aussi naturellement que les parents se tournent vers leurs pairs. C’est à dire des parents qui ont des enfants dans la même tranche d’âge. Et comme ces pairs sont nombreux pourquoi ne pas les restreindre encore plus en cherchant des parents qui ont les mêmes convictions, les mêmes principes d’éducation. L’avantage, c’est qu’on trouve toujours quelqu’un qui s’est retrouvé dans la même situation que nous et qui va dans le sens qui nous arrange. L’inconvénient c’est que leur expérience est personnelle (et donc, bien que semblable, différente de la notre) et cela on a tendance à l’oublier et que si leur réponse va dans le sens qui nous convient, cela ne veut pas dire que c’est la bonne réponse.

Au fur et à mesure des grossesses et de l’éducation de mes deux filles, j’ai changé mon point de vue. Au départ, je faisais confiance aux professionnels de santé, aux organismes officiels, mais je refusais d’écouter mes parents, tantes, etc. Je suis allée dès le début de la grossesse sur les forums et j’ai continué par la suite.
Mes lectures sur internet et mon expérience à la maternité puis en médecine de ville m’ont appris à ne pas prendre pour argent comptant ce que les professionnels de santé me conseillaient.
Mes lectures sur internet m’ont aussi appris à ne pas faire confiance à tout ce que je pouvais lire de sources plus ou moins « sûres ».
Mon expérience personnelle de mère, m’a permis de ne plus rejeter en bloc ce que mes aînés pouvaient me dire. Même si leur expérience s’est déroulée dans un tout autre contexte, elle est tout de même bonne à prendre (même si les solutions apportées ne correspondent pas aux mouvances en cours actuellement).

En conclusion, je pense qu’il faut savoir écouter et lire tout avec beaucoup d’ouverture d’esprit, confronter les différentes sources d’information et se faire sa propre opinion, sa propre solution, en fonction de son contexte particulier, son expérience, sa situation et ses convictions.

Images : ahhyeah

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s